Archives pour la catégorie Musées

Quel est donc ce bâtiment?

Quel est donc ce bâtiment? dans Musées img_0342-225x300

Vous passez peut-être souvent, si vous êtes « Carolo », devant ce petit bâtiment situé près de l’église de Charleville. Vous ne l’avez sans doute jamais remarqué, il est vrai qu’il ne présente pas un grand intérêt de prime abord. Pourtant, il date de la période de construction de la ville, au XVIIème siècle et a été commandité par Charles De Gonzague lui-même. Il s’agit en fait de l’ancêtre de nos pharmacies: l’apothicairerie!

Il faut dire qu’à l’époque le quartier ne ressemblait pas à celui que vous pouvez parcourir aujourd’hui. découvrez plutôt sa configuration:

p1060789-300x225 apothicairerie dans Musées

Le bâtiment en forme de croix était l’Hôtel-Dieu et l’on retrouve à sa droite notre Apothicairerie, seule survivante des années qui passèrent. Cette maquette, visible au Musée de l’Ardenne, nous présente le Charleville des origines, encore en construction.

Dans ce même musée, on a reconstitué l’intérieur du bâtiment, en réinstallant les étagères d’origine, les mortiers, les chevrettes et autres albarellos (albarellis?!?) tels qu’ils étaient installés en 1750. Remarquez les armes de Charles de Gonzague et donc de Charleville, sur le mur du fond, à droite.

p1060807-300x225 charleville mezieres

Voilà! Il ne nous reste plus qu’à imaginer les remèdes qui furent ici élaborés pour soigner les maux de l’époque; le vin d’hypocras étant alors réputé pour soigner absolument tout (à moins qu’il n’en donnait que l’éphémère impression…).

Le Musée de l’Ardenne

Petite découverte aujourd’hui de ce lieu, un peu caché, et pourtant central à Charleville-Mézières… Le musée de l’Ardenne!

Pour le dénicher, il faut, dans un des angles de la Place Ducale, franchir un porche qui vous mènera dans une cour au cœur de ce joli bâtiment. Je ne vous présenterai pas aujourd’hui ses collections. Elles sont riches, aérées et retracent toute l’Histoire des Ardennes françaises, de la préhistoire au début du XXème siècle.

En fait, ce qui m’émerveille le plus dans cet espace culturel, c’est son architecture. Le lieu est le résultat d’un subtil accord entre une vieille bâtisse restaurée et des extensions modernes (de bon goût!) qui mettent en valeur le bâtiment intérieur mais aussi ses cours extérieures et offrent de jolies perspectives sur la cité Carolopolitaine.

Au détour d’une ouverture, j’ai souvent l’impression, en le parcourant,  d’être dans cette lithographie d’Escher intitulée Relativité (1953)

Le Musée de l'Ardenne dans Musées escher-monter-descendre-300x291

Petite découverte en images, mais qui ne saurait remplacer une rencontre physique et donc forcément plus intime avec le bâtiment.

Le Musée Rimbaud

Le Musée Rimbaud dans Musées p1060325-300x212 N’est-il pas élégant ce vieux moulin qui accueille en ces murs la mémoire du poète maudit? Vous l’avez compris, il est enfin temps que je parle un peu dans mes lignes d’Arthur Rimbaud, personnage haut en couleur vénéré par Charleville. Quel que soit l’endroit de vos promenades, il y aura forcément une allusion à Rimbaud sur votre chemin: statue, enseignes de bar ou de boutiques, maison natale… Même la médiathèque porte le nom d’un de ses poèmes! Quant à l’origine du festival « Cabaret vert »…

Je vous en présenterai bien sûr quelques-unes au gré de mes flâneries, mais pour l’heure, attelons-nous au musée qui lui est consacré. C’est que, sur deux étages, une collection riche d’objets lui ayant appartenu, de poèmes, d’ouvrages, de photographies et de représentations diverses du poète nous sont dévoilées. Du « Bateau Ivre » à « Sensation », du ‘Dormeur du Val » à « Voyelles », je me suis plongée, avec une amie axonaise qui m’accompagnait, une nouvelle fois dans  ses écrits, dans sa vie, son parcours.

Mais ce que je préfère dans ce musée , c’est la collection de portraits rassemblés. Que d’artistes ont été inspirés par ce poète « aux semelles de vent »! D’Alberto Giacometti à Jean Cocteau, de Sonia Delaunay à Fernand Léger, d’Ernest Pignon Ernest (superbes portraits!!!!) à Patti Smith, il y en a tant que j’ai décidé de n’en choisir qu’un! Pour apprécier les autres, il faudra aller à leur rencontre… Découvrir le regard de ces artistes connus et reconnus sur « l’enfant terrible » de Charleville, en parcourant les salles du musée avant qu’il ne soit fermé dans quelques mois, pour être complètement métamorphosé. « il faut être absolument moderne »…

p10603121-207x300 charleville mezieres dans Musées

Alors quittons-nous sur ce portrait de Joan Miro, que j’ai préféré à d’autres, simplement parce qu’il est un clin d’œil à ma dernière échappée...




Panafrican Digital Humanities |
1fenetresur3langues |
J'avoue. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Onenparlaithier
| Feminis
| Stephanemadaule